Bouffer le capital

Vous voulez des chiffres ? Le prix moyen des céréales grimpe de 8% par an. C’est deux fois plus rentable que le meilleur de vos placements hors bourse. Mieux, le riz et la farine de blé augmentent de 13% durant la même période, plus vite en fait que le beurre d’arachides, les bananes, le lait et le fromage qui sont, pour le moment, sur une tendance annuelle de +10% en moyenne. On sait aussi que l’appétit grandissant de la classe moyenne en Inde comme en Chine poussent doucement les prix de la viande : le steak haché +4,8%, le poulet +5,4%/ Et puis, il y a l’imporbable délire du marché de l’oeuf de poule qui, avec ses +30%, fait peur à tout le monde car il n’est peut-être pas si sain de vivre dans un monde ou la fortune sort du cul des galinacés.

EDIT : un appel à la fin du délire par ATTAC.

EDIT 2 : un article mal lubrifié du Figaro et, une fois de plus, un commentaire mieux fait que l’article lui-même :

Butyracea : Ici, ça baigne dans l’huile
D’accord avec TUC… (je suis aussi au Japon depuis plus de 20 ans) et la plaquette de beurre (demi-sel, 300 yens max pour 220g, prix pratiquement inchangé depuis une quinzaine d’année) a toujours été boudée par le consommateur nippon. Les graves incidents (morts de nourrissons après consomation de lait en poudre pour bébés) survenus à deux reprises ont achevé le déclin de la première marque japonaise (snowbrand /Yuki-jirushi).

De plus, il y a deux ans les producteurs de beurre japonais ont subi une telle mévente, étant même passé en dessous des quotas du beurre de cacahuètes (on a jeté des tonnes de vrai beurre, invendu!) qu’ils ont réduit la production en conséquence, préférant diriger le lait vers d’autres produits où la marge bénéficiaire est plus grande et le marché florissant : nouveaux type de yaourts dits CASPI, cream-cheese, etc.

Quant au beurre sans sel, il représente un minuscule marché dit « keiki-yô » (pour faire des pâtisseries maison) (350 yens les 220g).

Le seul « bataa » que les japonais achètent assez (pour petit-déjeuner surtout), est la margarine demi-sel de type NEO-SOFT, est à 99% d’origine végétale. Il vient quand même loin derrière la mayonnaise (qui est de plus en plus vendue depuis qu’elle existe en version 50% de calories en moins). On est donc très très loin de la consomation européenne.

Le pays de gourmets, à cheval sur l’hygiène et au marché hyper dynamique qu’est incontestablement le Japon, est donc loin de « souffrir » d’un manque. Il est par contre toujours aussi mal connu des français, qui ont semble t’il du mal à dépasser le manga médiatique….

0 Responses to “Bouffer le capital”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s





%d blogueurs aiment cette page :