HD+HD : à quoi servira le très très haut débit

Je profite de cet article étasuniocentriste du NYT pour coucher ici ma vision du très haut débit, à l’heure même ou la France confie son devenir numérique à un Homme Providentiel (trace de cynisme voulue, le gars n’est pas mauvais mais la Lettre de Mission est ridiculement pesante). Il faut bien le dire, les groupes qui oeuvrent aujourd’hui pour la mise en place d’infrastructures réseau à très haut débit manquent d’exemples d’applications pour justifier leurs investissements. Parlons un peu de l’informatique personnelle dans dix ans.

On est en 2018. Je suis face à un écran de 100 pouces de diagonale dont j’ignore la résolution exacte. Je ne suis pas le mieux équipé de mon immeuble mais ma config est suffisante. Mon écran est doté d’un terminal, une carte électronique de décodage, qui dispose de son propre chipset : graphique 3D, authnetification, interfaces. Cette approche permet de faire des upgrades pour le prix d’un petit téléphone mobile. Cet écran me présente un environnement assez proche de celui des machines d’il y a dix ans : des fenêtres, des icones. Ce qui a changé, c’est que tout ce que j’affiche arrive via des flux vidéos distincts ; chaque fenêtre est une télé redimensionnable à volonté capable d’afficher de tout. Le chip 3D de mon décodeur ne sert qu’à produire des effets de transition entre les fenêtres. Tout le reste, mon tableur comme mes émissions, mes jeux comme mes visio, sont des flux graphiques produits par des serveurs distants. Je n’ai ni logiciels ni données chez moi, juste leurs images, reçues à la taille exacte à laquelle je désire les afficher. Les soucis de mise à jour, de compatibilité ont été bannis, comme le piratage car nous accédons à une machine unique, parfaite, pour chaque application ou usage. La contrainte engendrée par cette transformation concerne le volume de données échangées car la qualité perçue dépend de la réactivité de ces flux visuels distincts. Même avec une gestion optimisée, mon usage courant de cette config consiste à recevoir une dizaine de chaines HD ou HD+++ en simultané.

La notion de Personal Computer arrive à bout de souffle. La baisse des coûts des processeurs rapides, des écrans de très grand format, rencontre la nécessité de perenniser autant que possible les équipements individuels. Il faut donc que la capacité de traitement infromatique soit décorelée du « terminal ». Les réseaux à très haut débit permettent cette approche, liant un écran à des machines de traitement comme le nerf optique lie l’oeil à la cervelle. La disponibilité de réseaux éfficaces permettra cette évolution comme l’ADSL a permis à la vidéo d’envahir le monde des contenus web.

EDIT : j’ajoute que cette approche « super server side » permet en outre une économie plus valable de la puissance de calcul, exploitant 24h sur 24 les fermes de serveurs ou, au gré des évolutions dans ce secteur, celles qui seront directement alimentées par le soleil indépendament de l’heure du lieu de réception. Cette vision du partage de la puissance, en visagée par Buckminster Fuller pour les réseaux électriques mondiaux, peut être implémentée bien avant mon petit scénar des terminaux si les réseaux de transport évoluent vite. C’est de l’écologie numérique et je suis autant que possible ce que font les pionniers de ce vaste domaine.

1 Response to “HD+HD : à quoi servira le très très haut débit”


  1. 1 Oldcola avril 13, 2008 à 10:38

    Comment ça ? Faisant fi du côté glamour ? Il n’y a rien de plus mignon qu’une belle feuille Excel ! (et non, je ne sui spas g33k, quoi qu’on dise


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s





%d blogueurs aiment cette page :