VAs (II) : CiS et Auformat

Les cordonniers sont les plus mal chaussés ? Ce vieil adage s’applique souvent avec raison aux logos des agences de création. En voici quelques preuves…


Embauché par la naissante compagnie de distribution de périphériques et de logiciels de création CiS en 1989, je n’aurai que deux occasions de faire évoluer son image de marque propre, en 1992 et en 1997. En 92 (à gauche), le résultat de tergiversations diverses donne un logo birchro très neutre, style processeur avec une diode collée dessus. Bravo à ceux qui reconaissent du Franklin Gothic Heavy italisé « à la Microsoft ». En 97, je conserve la plupart des codes mais réintègre une spirale, symbole oublié datant de la création de l’entreprise. Cette marque, produite par mon studio graphique AUFORMAT, sera utilisée jusqu’au rachat de CiS en 2005.

_lgnewcis93.jpglg-cis98-edfr.jpg

A partir de 1996, je fonde avec mon frère et un ami un studio graphique sous statut d’entreprise de presse baptisée AUFORMAT qui aura trois activités distinctes : création graphique (Graphmen), création d’interfaces graphiques ‘ScreenWork) et édition d’un journal satirique (L’informateur).

lg-graphmen.jpg

Limité dans ma capacité à embaucher de façon sérieuse, je piochais mes ressources au gré des possibilités. S’imposait alors une espèce de signature énigmatique de « groupe de super-héros ». Image de marque (CiS, BugShop, C4, Neo Interactive, La Tourtière d’Aquitaine, iCare…), packaging (NewTek, Escargots de la Gironde…), publicités, présentation PowerPoint et maquettes de sites web (Systonic, Proxima Creative)

lg-screenwork.jpg

Inspiré par la méthodologie « tooltoy », j’avais démarché les principaux faiseurs de logiciels de la place bordelaise pour évaluer la viabilité d’un studio de création spécifique, captant au passage quelques commandes (Lectra Systèmes, Veiltec, C4, Proxima Creative…). Voloniters branchouille rician, ScreenWork n’est apparu que sur quelques cartes de visite et… des factures.

lg-informateur.jpg

Comment faire une Une acrocheuse en bichro ? L’informateur était un 8 puis 12 pages genre Canard enchainé imprimé sur rotatives à 40 000 exemplaires et (très mal) distribué par les MLP.

0 Responses to “VAs (II) : CiS et Auformat”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s





%d blogueurs aiment cette page :