L’Algéco de Coco

pano2-chanel.jpg

Commandé par Karl Lagerfeld, déssiné par Zaha Hadid, encensé par le monde du design, voila enfin que le musée portable , pardon, la capsule culturelle de Chanel prend forme sur le toit d’un parking de Hong kong. Faut-il se réjouir de voir l’art ou ce qu’il en reste jouer les jetseteurs version camping de luxe ? Après la franchise Guggenheim près de chez vous, le Louvre se Pei un pyramide puis va aux Emirats et les expos tellement temporaires qu’elle ne durent qu’une nuit, l’art devient le pretexte onéreux d’une machine de relation presse à grande échelle vers les marchés grandssants du froufrou made in France. Cet anus artificiel blafard est-il la victoire ultime du packaging sur le contenu ? Ou peut-être est-il au contraire l’exacte image de l’époque actuelle, un gros supositoire de vie culturelle occidentale administré en urgence à un orient frénétique. C’est peut-être la version sublimée de la baignoire à portière Premier pour les vieux, un piège à cons très élaboré, beau comme une plante carnivore, qui viendrait déguster l’élite locale pendant que celle-ci se perd en conjecture devant les rayures de monsieur Buren.

0 Responses to “L’Algéco de Coco”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s





%d blogueurs aiment cette page :