Digitalzheimer

Au hasard, je lui demande de me graver un CD avec quelques morceaux. « OK, tu veux quoi ? ». Il remplit ses disques durs avec l’application frénétique d’un moine interfacé à 100MB/s mais ce ne sera pas le DJ de cette galette. Je risque « du piano, elle aimait le piano, Bach, Mozart, Chopin… ». Il lance le pointeur d’un coup sec de souris « J’ai ». Le bagel aluminé est à peine ingéré par le graveur que l’écran se remplit d’un grand morceau de Fnac. « Quoi de Chopin ? J’ai du Satie aussi ». La richesse me prend au dépourvu et l’inculture de mes oreilles complique la requête. « Bah, mets un peu de tout, je ne sais même pas si elle reconnaitra quelque chose. Elle a fait quinze ans de piano, ça doit avoir laissé des traces dans ses neurones ». Dans ces moments sans repères, on espère que l’harmonie universelle fera sa petite magie. Les toccatas, les passacailles, c’est laborieux à réussir. La répétition grave une cervelle et je veux croire que toutes ces années de clavier ne sont pas encore parties, perdues. Ce sera Satie et Chopin pour la bande son, Eric et Frédéric pour le reboot de Françoise, 70 ans dont dix sans mémoire instantanée. « Ah ouais, attends, j’ai récupéré ces données après un crash de disque dur. Certains morceaux foirent un peu. On va vérifier ». Alors on écoute et on pense à autre chose. Et on finit nos verres pour penser à autre chose. Tiens, les dix dernières secondes de cette plage de Satie sont des bouts d’un morceau de Bowie. Morceau foiré, on jette. Repiratera-t-on ? La sélection se fait finalement par absence de défauts, sans grands sentiments pour ces fichiers sauvés une fois mais estropiés. Voila, le CD ressort, chaud comme une auréole qui vient de naître, prêt à tourner pour traquer des souvenirs probablement déjà digérés par les proteines tordues qui ont décidé de mettre ma mère hors d’atteinte. En France, 800 000 personnes perdent doucement tout lien avec ce qui fait la logique de nos vies. Mais combien perdent également la mémoire de ce qui est précieux ?

0 Responses to “Digitalzheimer”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s





%d blogueurs aiment cette page :