My Taylor is complêtement Bouchard

Avant de débarquer à Montréal en mai dernier, je n’avais jamais entendu parler des « accomodements raisonnables » ou de la Commission Bouchard-Taylor sensée leur donner un semblant de validité démocratique. Amis lecteurs français, regardez bien ces deux trouvailles québecoises.

Pour le dire vite, les acomodements raisonnables visent à arrondir ceertains angles de la loi afin de faciliter l’intégration des communautés. Peut-on voter voilé ? Peut-on pratiquer les arts martiaux voilé ? Vous voyez le genre. Comme en France, l’immigration inclusive qui a bâti 400 ans d’histoire cède la place à des revendications de pouvoir politique de la part de plusieurs communautés… voilées ou enturbannées. Comme si le fait de porter quelque chose de contraignant sur la tête engendrait un sens aigu de la réclamation.

Ici, au lieu d’affronter ces revendications de face, on a tendance à ruiner leur puissance médiatique et politique en tentant de s’en accomoder collectivement. Les groupes de guerrilla morale, habitués à une résistance propice à leurs martyrisation, en sont pour leurs frais.

Bien sûr, cette approche arrangeante n’emporte pas, on s’en doute, l’assentiment de la majorité de la populatiion : quand une famille se bat depuis 10 générations pour un coin de terre généreux mais frisquet, elle a du mal à admettre que des immigrés de fraiche date aient pour premiers reflexes de recréer le mode de vie du pays qu’ils ont abandonné. C’est humain. Les québecois se sont payé une commission, un espèce de tribune publique itinérante destinée à recevoir et enregistrer le points de vue des « vrais gens » et des groupes de gens qui ont de « vrais points de vue », surtout lorsqu’ils sont en groupes. Le résultat, hélas prévisible, ressemble à une page du courrier des lecteurs. Les fâcheux se massent et la tribune publique devient une occasion de sortie politique pour des bonshommes qui se jugent un peu trop oubliés par les médias.

Et le Québec, qui se veut société de progrès et de juste pensée, se retrouve à exhiber un racisme des plus sincères. Le processus est onéreux, on dit 8 millions de dollars, et bien peu encadré par les spécialistes : c’est avant tout un jouet politique destiné à exhiber quelques belles contrazdictions.

Mais etre aussi acomodant avec les stratégies partisanes, ce n’est absolument pas raisonnable.

0 Responses to “My Taylor is complêtement Bouchard”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s





%d blogueurs aiment cette page :